JACQUES VERDIER

Jacques Verdier, peintre, a très vite privilégié le support papier sous forme de collages, marouflés ou libres. Il présente des tableaux où l’utilisation permanente de fragments de textes apparents ou dissimulés constitue toute la richesse du fond et dénote l’importance de l’écriture dans son travail. Pour cet artiste né dans une famille d’imprimeurs, le papier est à la fois mémoire mais aussi oubli d’une aventure humaine où les écritures, les images se mêlent et s’emmêlent sans soucis d’appartenance, de chronologie, où les idées s’entrechoquent en un chaos peut-être qu’apparent.